dimanche 20 août 2006

Café corsé

Cette superbe cafetière vintage, modèle 1982 en verre flammé marron, offerte par notre chère belle-mère qui en a changé pour une version dernier cri est le talon d'Achille de e.

e. aime, en effet, le café, et plus particulièrement le café corsé. Il lui est indispensable d'en avaler un plein bol au réveil pour s'éveiller au monde et être opérationnel.

M. a tenté de lutter contre cette addiction dangereuse en remplaçant ledit bol par une fessée expresso des plus énergiques administrée au moment même du réveil dans la douce chaleur de la couette ; elle a dû très vite se rendre à l'évidence, malgré un effet immédiat (un lever précipité de e.) l'efficacité de ce traitement est bien loin de valoir celui du café matinal.

e. est donc le grand utilisateur de l'objet ci-dessus, tandis que M. n'y a recours qu'avec modération, lui préférant une théière plus conforme à ses théories sur l'éducation anglaise... Cependant e., très distrait, et pétri de paradoxes, a deux étranges tendances :

- il sucre curieusement son café corsé, ce qui illustre bien son éternelle hésitation entre la force et la douceur... A quand le sucre vanillé, soupire M. en le voyant faire...

- il oublie régulièrement d'éteindre la fameuse cafetière, qui vu son ancienneté, n'est pas pourvue, contrairement à celle que s'est achetée la belle-mère, d'un arrêt automatique. Il n'est pas rare que M. doive intervenir pour stopper la machine brûlante et sermoner e. avant de le corriger et ce sans filtre !

De guerre lasse, les fessées Robusta ou Arabica n'ayant aucun effet à long terme, M. vient de faire l'acquisition d'un "cahier de punition" destiné à consigner tous les manquements de e. L'objectif étant de ne rien oublier et de sanctionner les erreurs avec à chaque fois le châtiment idoine.

4 commentaires:

Dame a dit…

Bonjour du matin..

En vous lisant, après mon deuxième petit noir.. je me dis que café et féssée ne sont pas incompatibles..

M. pourquoi pas la fessée à la place du pain beurré par exemple, en laissant à e. son café ?

Enfin.. moi le matin, je ne me sens pas le courage de donner la fessée.. sourire.

cats a dit…

Des solutions, rien que des solutions
Après avoir ingurgité deux ou trois cafetières de café (pur arabica bien sûr et doux surtout mais sans le sucre) me voilà franchement d'accord avec e. Impossible de se passer de café .... et de fessées ! Caféiné dilemme ! La seule solution que j'entrevois est de punir sévèrement d'une tasse ( ou mug ou bol c'est selon) tout abus du breuvage! Voire y ajouter quelques onctions de miel, de crème à lécher suavement, voire même l'usage de cuillères (le bois est permis)
Il est entendu que matin, midi et soir cela convient parfaitement !

cats a dit…

et voilà, perdue dans les errances liées aux emmêlements de fessées et café, j'ai fait des erreurs!
Je refais: la solution: punir d'une fessée d'une longueur proportionnelle au volume d'une tasse, (un mug ou un bol !) tout abus de breuvage

M. et e. a dit…

Merci Dame et Cats grâce à qui e. peut s'adonner à ses amours caféinées. Il n'est pas question de le sevrer mais juste de le surveiller.
Il sera donc demain privé de confiture ou de miel ( il ne prend pas de beurre ), et sera sans doute fessé en cas d'abus de brioche ! ;-)

Vos conseils sont précieux.
M.