dimanche 18 novembre 2007

Désirs sans fards

Conversation lumineuse. Ils sont sept. Scribes ou soumis ? Bouddhas ou fétichistes des mâts ?

Ils n'ont pas froid. Installés au sommet d'une place, contemplant silencieusement la ville, ils attendent la tombée de la nuit pour s'exprimer.

Ils dialoguent et semblent en même temps se recueillir. Ils exposent également leurs fesses colorées. M. étudie déjà la conception d'un long fouet susceptible de titiller leur audacieuse résine et leur vibrante fibre de verre...

e. aimerait être le huitième de l'installation.

Il est certain que, depuis hier, nous ne regardons plus notre ville de la même façon.

Elle nous paraît désormais beaucoup plus folle, plus libre, plus moderne. Comme si nous avions traversé un espace-temps pour nous retrouver quelque part entre Barcelone, Paris ou Turin peut-être...

De nouveaux paysages du désir se profilent. Les campaniles, les grandes roues, le lacis des ruelles étroites de la vieille ville, les places ensoleillées regorgeant de cactus, les arcades majestueuses, tout semble transfiguré dans un nouveau territoire érotique et artistique, ouvrant la voie à l'aménagement de nombreux fantasmes...

3 commentaires:

MarieM a dit…

Ces statues bouddhiques créent une ambiance de sérénité en notre belle place , sous l'éclairage de la lumière du jour l'oeuvre est sobre et les 7 statues s'harmonisent paisiblement avec la douceur florentine de la place Masséna. Quand la nuit venue , les les personnages s'illuminent en changeant de couleurs , mais toujours en harmonie, ils invitent à l'apaisement et à la convivialité, chaque statue est différente mais elles forment un ensemble presque magique.

merci pour cette belle photographie

MarieM

Luc a dit…

J'aimerais aussi vor ces statues, qui me rappeleraient le plaisir qu'il y a à être livré dans cette "tenue" au fouet bienveillant d'une M

Anonyme a dit…

Ces statues lumineuses se trouvent Place Massena à Nice